Les européens privés de bananes africaines….

Il aura fallu 16 ans de bagarres, de contentieux, de recours interminables, de lobbying dans tous les sens pour que les Européens et les Latino-américains se mettent d’accord sur un régime douanier d’importation des bananes.  Cela a été annoncé a grand renfort de trompettes. « Un moment d’histoire » a dit la commissaire européenne au commerce.

L’Europe, c’est l’un des endroits où on mange le plus de bananes. L’Amérique latine, l’endroit où on les produit pour les exporter. En particulier en Equateur. (J’évoque l’exploitation des ouvriers agricoles dans les plantations de bananes équatoriennes dans mon livre « Fuir l’équateur« .) Il y a aussi beaucoup de bananes en Colombie et en Amérique centrale.

Mais les latino-américains se voyaient imposer des taxes douanières plus élevées que leurs concurrents africains ou caraïbéens. Les producteurs ivoiriens, camerounais, antillais bénéficiaient de tarifs préférentiels parcequ’ils avaient la chance très relative d’être jadis colonisés par les nations européennes qui s’en souvenaient.

Oui, mais voilà, le monde du commerce se soucie comme d’une guigne des souvenirs et de l’histoire. Les Equatoriens, les Colombiens, soutenus par les multinationales américaines, Del Monte, Dole et Chiquita, ont donc fait le forcing pendant des années pour réduire, voire supprimer l’avantage dont bénéficaient les Africains.

L’accord a été paraphé. Il sera signé dans quatre mois. Et année après année, les chargements de bananes équatoriennes paieront moins de taxes. Comme produire une banane sur la côte pacifique équatorienne revient moins cher que dans une plantation ivoirienne ou camerounaise, les Africains craignent de se faire tailler des croupières…Ils ont raison de le craindre.

Pour faire face à cette situation, ils prévoient de vendre plus en Afrique même, de baisser leurs coûts de production. Les experts pensent que la Côte d’Ivoire et le Cameroun, les principaux producteurs d’Afrique subsaharienne s’en sortiront. Mais les plus petits, comme le Ghana, pourraient bien boire la tasse. Au grand profit des Equatoriens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s