Le Mv Stefanis expulsé des eaux ghanéennes

« Allez, rembarquez votre marchandise et foutez-nous le camp ». Voilà en synthèse ce que les autorités ghanéennes ont dit au capitaine et à l’affréteur du cargo Mv Stefanis. On sait aujourd’hui avec un peu plus de clarté ce qui s’est passé aux alentours de Noël. Un employé de l’autorité portuaire de Tema, le port d’Accra, la capitale ghanéenne, a pris sur lui d’autoriser le déchargement d’une partie des 11 000 tonnes de riz du Mv Stefanis.(voir les épisodes précédents plus bas). Cela, malgré le constat des autorités sanitaires locales : le riz est infesté de charançons et l’odeur qui s’en dégage est fétide…Appétissant ! 15 000 sacs au total avaient été déchargés clandestinement. Le subterfuge a rapidement été découvert : 15 000 sacs de riz qui puent, c’est difficile à cacher. L’employé responsable de ce déchargement illégal a prétendu que le riz était destiné au Burkina Faso, un pays voisin enclavé et ne disposant pas de port. Beaucoup de ses importations transitent par Tema. Vérification faite, il s’est avéré que personne à Ouagadougou n’attendait ce riz. Une magouille pour écouler le riz en douce sur place.

Les responsables sanitaires et portuaires ghanéens ont réagi en vitesse. Les dockers  se sont remis au travail. Ils ont rechargé à bord du Mv Stefanis ce qu’ils en avaient déchargé quelques jours plus tôt. Et le capitaine du Mv Stefanis s’est vu intimer l’ordre de quitter le quai numéro 8 le long duquel son cargo était amarré. Et pas pour aller jeter l’ancre au large ! Non. Pour éviter tout micmac supplémentaire, le Mv Stéfanis doit quitter les eaux territoriales ghanéennes.

Les 11 000 tonnes de riz birman propriété d’une compagnie singapourienne ont donc repris leur errance. On voit mal les hommes d’affaires singapouriens tenter le coup une nouvelle fois en Guinée Conakry ou au Sierra Leone où ils ont déjà eu quelques pépins. Les autorités des pays voisins du Ghana, la Côte d’Ivoire ou le Togo, sont sur leurs gardes. Alors, du riz pour les poissons ? Je ne crois pas.

Voilà la situation : du riz de très mauvaise qualité et qui ne vaut plus rien financièrement parlant se balade le long des côtes ouest-africaines. En même temps, les cours mondiaux du riz sont à la hausse. Beaucoup d’experts tablent sur une montée astronomique des cours dans les semaines à venir. Donc, si un importateur quelconque, un négociant, quelqu’un qui a le goût du risque et le compte en banque assez garni veut tenter un bon coup, voilà ce qu’il fera : il achètera la marchandise aux Singapouriens pour une bouchée de pain. Il entreposera le riz dans un endroit discret, l’aérera pour qu’il pue moins, se débarrassera des sacs les plus pourris. Et il attendra. Il attendra que tout le monde oublie l’aventure du Mv Stefanis. Il attendra que les cours montent. Il attendra la pénurie de riz. Il attendra qu’on s’arrache les moindres chargements. Et, comme par miracle, les sacs de riz birman, feront la réapparition. Tout le monde fermera les yeux, les autorités politiques expliqueront aux autorités sanitaires que l’important c’est de nourrir la population, peu importe la qualité. Peu importe le prix.

Je n’aime pas me citer. Mais dans le chapitre consacré au riz de « Commerce Inéquitable, le roman noir des matières premières », un jeune trader qui voit arriver un chargement de riz en très mauvais état et qui s’en inquiète auprès de son patron, se voit répondre : « le riz, c’est pas pour manger, c’est pour vendre. »

Publicités

2 réponses à “Le Mv Stefanis expulsé des eaux ghanéennes

  1. En effet, une histoire édifiante… et qui ne doit pas être exceptionnelle

  2. le bateau doit décharger a Lomé ces jours-ci, Getma sera l’agent en charge des opérations. il n’y a pas de d’acheteurs déclarés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s