Dans Haïti dévasté, une photo

Je connais bien Haïti. Depuis les années 80 jusqu’à une date très récente, j’y ai effectué de nombreux reportages. De toutes les photos qui nous parviennent, l’une d’entre elles, plutôt moins terrible que les autres, a retenu mon attention. Je l’ai trouvée sur le site du Miami Herald, le grand journal de Floride. (Quand je suis allé sur le site, c’était le cliché numéro 55 mais cela a bougé et est passé au 54 et cela bougera peut-être encore.)

La photo est dans les clair-obscurs. Au centre de la photo, une femme de type européen, en petite jupe blanche, blonde, un gobelet à la main,  regarde en contrebas ce qu’on ne voit pas mais qu’on devine : un blessé allongé par terre est en train d’être soigné. Au premier plan, des civils haïtiens, de dos,  sont penchés à son chevet. Juste derrière, sous un drap blanc, allongée sur une chaise longe aux coussins rayés de vert et de blanc, un blessé à la chevelure grise, attend. Plus loin, dans le fond de la pièce, une autre personne de type européen, homme ou femme, je ne sais pas, linge blanc sur l’épaule tend aussi un gobelet à un personnage inconnu. Au dernier plan du cliché, on devine des bras qui se tendent vers des Européens.

Des Haïtiens qui reçoivent de l’aide des Européens ou des Américains, le raccourci pourrait être caricatural, si la situation n’était aussi dramatique. Mais pourquoi, sur ce cliché pris par le photographe Ivanoh Demers pour l’agence Associated Press, met-il en scène cette dualité d’étrangers secourables et de victimes haïtiennes ? La réponse est fournie par la légende. La photo a été prise dans les locaux de l’hôtel Villa Créole, à PétionVille, un des beaux quartiers de Port-au-Prince, sur les hauteurs de la ville.

C’est l’hôtel que je fréquentais lors de mes passages en Haïti. Sans être d’un luxe inouï, il était très confortable. Le matin, au bord de la piscine, assis sur des chaises métalliques aux coussins rayés de vert et de blanc, les journalistes occidentaux, les employés des grandes agences des Nations-Unies, les hommes d’affaires de passage prenaient leur petit-déjeuner. A 7 heures du matin, il fait bon. Les employés haïtiens font frire les oeufs, cuire les pancakes, pressent les jus de fruits. Les bruits de la ville sont étouffés. La meute de chien qui s’est mise à aboyer vers 5 heures du matin s’est éloignée. Les chauffeurs, les fixeurs haïtiens ont garé les 4X4 dans la cour devant l’hôtel. Reposé, ressourcé, on va pouvoir sortir à l’assaut de la misère haïtienne qui a été contenue hors les murs de l’hôtel.

Ce qui est donc saisissant, pour moi, dans cette photo, c’est l’irruption de la catastrophe jusque dans les sanctuaires occidentaux. Les blessés ont été amenés là. Peut-être même, ont-ils été atteints là. Le drame qui frappe Haïti a tué indistinctement, par sa nature même, blancs et noirs, Haïtiens et Etrangers. Des Casques Bleus de la Mission des Nations Unies, de Hauts Fonctionnaires de l’ONU, ont péri, à côté des habitants des bidonvilles. Leur linceul est le même. La poussière qui les a enseveli est la même. Celle d’une terre, d’un pays qui tente désespérément de se reconstruire et dont les efforts, de cyclones en tremblements de terre, sont systématiquement anéantis par la Nature. Comme s’il y avait un enfer sur terre et qu’il s’appelait Haïti.

Publicités

4 réponses à “Dans Haïti dévasté, une photo

  1. Ce serait bien de voir la photo même sil elle fort bien décrite

  2. C’est la N° 54 en réalité

  3. Complètement d’accord, c’est sans doute un symbole; Après Bagdad où Kofi Annan perdait un ami,
    Port au Prince, 100 000 morts dont 200 onusiens
    Voir aussi la vidéo en ligne (nouvelobs) de ce matin – bouleversante Antoinette Delafin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s