Main basse sur le riz, le livre

La livraison en librairie de mon nouveau livre « Main basse sur le riz » approche. Il sort le 23 mars prochain, (coédition Fayard/Arte) juste avant le salon du livre, à la porte de Versailles. Je serai d’ailleurs au salon pour participer à un débat le samedi 27 entre 16 et 17.30, à l’initiative d’Arte. Mais de quoi parle ce nouveau livre. Voilà ce qu’en dit la quatrième de couverture :

Au printemps 2008, Port au Prince crie famine. Au Caire, à Dakar, les foules africaines envahissent les rues. A Manille, les bidonvilles sont au bord de la révolte. Partout, c’est la même cause : les prix du riz ont explosé. Pourquoi  un tel vent de folie s’est-il abattu sur ce marché ?

Reportage au plus près des producteurs et des exportateurs de Thaïlande, des négociants internationaux à Genève, des importateurs de Dakar, Bamako, et Manille, Main basse sur le riz démonte les mécanismes qui ont abouti à la crise de 2008 : corruption au plus haut niveau, monopoles abusifs, incompétence gouvernementale, égoïsme des pays développés, jeu des grandes multinationales du négoce,  tout s’est conjugué pour paralyser  un système destiné à vendre à l’Afrique le riz venu d’Asie. Paralysie momentanée ou condamnation définitive ?

Tout porte à croire qu’une nouvelle crise du marché du riz est possible, synonyme de pénurie et donc de famine planétaire.

Je publierai bientôt la couverture du livre. Mais je rencontre quelques problèmes de téléchargement. Les abonnés au blog ont pu s’en rendre compte en recevant des messages intempestifs. Qu’ils m’en excusent.


Publicités

3 réponses à “Main basse sur le riz, le livre

  1. Patricio Mendez del Villar

    Cher Jean-Pierre, j’aimerais te féliciter pour ton livre que j’aurai grand plaisir à lire. D’après la présentation qui tu en fais sur ton blog, tu sembles assez pessimiste sur l’avenir. Il y a certainement un risque de nouvelles pénuries alimentaires. Certaines provoqués par les aléas climatiques, mais beacoup d’autres, à mon avis, par des comportements spéculatifs et irresponsables, comme ceux que tu évoques dans ta préface. On manque beaucoup de transparence. Puisse ton ouvrage contribuer, avec d’autres, à plus de clarté, à informer les acteurs , et à inciter à des pratiques commerciales plus loyales et durables.
    amicalement,

    Une précision : Patricio est économiste au Cirad à Montpellier. Il travaille sur le marché mondial du riz dont il est un grand expert.

  2. Roman noir des matières premières et main basse sur le riz, le début d’une saga policière haletante? En tout cas un fil conducteur évident.

  3. Pingback: La bonne fréquentation 2010 de ce blog | Jean-Pierre Boris/Le Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s